* La vérité sur le lait de vache *

Les recommandations officielles du gouvernement qui nous dictent de consommer au moins 3 produits laitiers par jour sont établies par un comité d’expert de santé.

Ce comité est composé d’une trentaine de personnes, au moins 19 sont directement affiliés à l’industrie laitière (Danone, Nestlé, etc.). Il n’y a aucune transparence, les recommandations officielles sur les laitages n’ont donc aucun crédit.

Concernant nos ancêtres….

L’espèce humaine à survécu et évolué pendant 7 millions d’années sans AUCUN produits laitiers, avec le lait maternel uniquement. Il n’y avait aucune maladie osseuse connue aujourd’hui. Les produits laitiers sont apparus il n’y a que 10.000 ans dans notre histoire.

Le résultat de ces millions d’années d’évolution sans lait ? 75% de la population mondiale est intolérante aux produits laitiers à l’âge adulte. L’homme est la seule espèce sur Terre qui consomme le lait d’une autre espèce à l’âge adulte.

-Concernant le Calcium, indispensable dans le lait.

En 2002, l’Organisation Mondiale de la Santé reconnait elle-même un « paradoxe du calcium ». Les pays qui consomment le plus de produits laitiers au monde (les pays scandinaves) ont les os les plus lourds, sont les plus grands, et ont le plus de fractures du col du fémur.

A l’inverse, les populations d’Afrique et certaines d’Asies qui consomment le moins de produits laitiers affichent une santé osseuse parfaite, avec des taux de fracture les plus bas qui soit. Ce n’est pas une coïncidence.

– Concernant la vitamine D…

La vitamine D est essentielle dans la fixation du calcium par nos os. Les scandinaves ont certes moins de vitamine D que les autres populations de la planète des contrés plus ensoleillées.

Pourtant, les Australiens qui profitent d’un ensoleillement très fort toute l’année ont les MEME taux de fracture que nos amis scandinaves. Le soleil n’explique rien, la consommation des laitages oui.

Concernant les risques osseux..

Il n’existe aujourd’hui aucune preuve que la consommation de produits laitiers protège vos os au cours de votre vie des risques de fractures.

25 millions de nourrissons américains élevés strictement sans lait de vache (mais avec des substituts au soja) ont affiché une croissance NORMALE et aucun problème de malnutrition.

Cerise sur le gâteau, la consommation de produits laitiers et la fréquence des fractures du col du fémur ont été relevé chez plus de 150.000 femmes ménopausées. Celles qui ont consommé le plus de produits laitiers dans leur vie (surtout pendant l’enfance et l’adolescence) n’ont pas moins de fracture que les femmes qui en ont consommé le moins.

Composition sommaire du lait…

Les produits laitiers d’aujourd’hui sont très loin de ressembler (sauf la couleur !) à ceux que buvaient vos parents ou grand parents.

Aujourd’hui, le lait de vache contient une soupe d’hormones sexuelles (œstrogène et progestérone) qui favorise les cancers de l’utérus et celui du sein.

Le lait de vache, c’est d’énorme quantité d’IGF-1. L’IGF-1 est un facteur de croissance qui va booster la prolifération (ou la multiplication) de vos cellules. Vous allez grandir, sauf que… L’IGF-1 développe toutes les cellules de l’organisme, même les pré-cancéreuses et les cancéreuses.

Les protéines du lait de vache sont composées à plus de 80% de caséine. La caséine est publiquement reconnue comme facteur tumorale.

C’est l’une des rares protéines au monde qui, chez l’homme, favorise l’apparition des cancers (prostate, sein, utérus, etc.). Finalement, tous les pesticides et engrais chimique utilisés dans le fourragements des vaches se retrouvent dans le lait que vous buvez.

Sans compter également, les antibiotiques, le pue etc…

Concernant le diabète de type 1…

Le lait de vache contient de l’insuline bovine très similaire à celle de l’homme. Mais suffisamment pour que notre système immunitaire ne la reconnaisse pas et l’attaque avec des anti-corps. Ces même anti-corps ne feront ensuite pas la différence entre l’insuline bovine et la nôtre.

Le résultat ? Une maladie auto-immune, nos anticorps détruisent les cellules bêta du pancréas, l’insuline n’existe plus. Vous êtes diabétique 1.

Il est maintenant prouvé que notre surconsommation de protéines animales et de sel acidifient notre organisme qui compense en récupérant des « tampons » un peu partout dans notre corps.

Lequel est le plus utilisés ? Des citrates de calcium, celui de notre squelette ! Oui, trop de sel, trop de viande, dégrade votre squelette. Comble de l’ironie, les produits laitiers font dramatiquement chuter les concentrations de vitamine D, cette même molécule qui nous aide à fixer le calcium !

Conclusion:

A l’échelle de la planète, cette surconsommation est dangereuse pour la santé, l’environnement et bien entendu, les animaux eux même…
Si vous ne le faites pas pour vous, faites le au moins pour vos enfants, eux n’ont pas le choix.

Advertisements