Nutella

Hey 🙂

Parce que la page facebook #Nutella censure plus vite que son ombre, je vais Ă©crire ici ce qu’engendre la consommation de cette..chose sur notre belle planĂšte et la santĂ© de ceux qui en consomment.

On va commencer par simple. La composition:
23% d’huile de palme
55% de sucre
14% de noisettes
8% de cacao et “autres”
Le calcul est vite fait mais je le fait pour vous: 78% de gras et de sucre.
C’est clair qu’on risque pas de s’Ă©touffer avec des morceaux de noisettes.

Ce qui nous amÚne donc directement aux effets sur la santé:
L’huile de palme est 4x plus grasse que toutes les autres huile. Elle contient aussi des graisses saturĂ©es.
Conséquences: maladies cardio-vasculaires et cholestérol.
Mais c’est pas tout (qd on fait une merde, on la fait bien, ou on la fait pas. Ferrero a choisi de faire ça bien).
Le Nutella contient des phtalates DEHP, l’Ă©lĂ©ment plastifiant considĂ©rĂ© le plus dangereux pour l’homme.
Source de perturbateur hormonaux, il peut provoquer la stĂ©rilitĂ© chez l’homme et est soupçonnĂ© d’ĂȘtre aussi cancĂ©rigĂšne.
Les nutritionnistes qualifient ce produit de “bombe calorifique”. 530 kilocalories pour 100grammes. A titre de comparaison, c’est plus que du chocolat noir ou des pizzas surgelĂ©es.

En 2012, on estimait que 2.7kg de Nutella étaient consommés chaque seconde, soit 230 tonnes chaque jour, rien que pour la France.

Le premier qui vient se plaindre de son bide alors qu’il en mange tous les matins aura affaire Ă  moi..

Concernant les consĂ©quences Ă©cologiques et environnementales, l’huile de palme est responsable de 80% de la dĂ©forestation en Malaisie.
Il est donc un peu tard pour nous pondre un pseudo label RSPO, qui soit dit en passant, n’offre aucunes garanties fiables concernant l’exploitation des forets. Dans le jargon, on appelle ça du Greenwashing. De la poudre au yeux en somme. Ou une excuse supplĂ©mentaires pour ceux qui ne voudraient pas ouvrir les yeux et continuer d’en consommer.

La dĂ©forestation entraine un Ă©cocide et un zoocide incroyable. De nombreuses espĂšces sont en voie d’extinctions suite a la destruction de leur habitat, comme l’orang outang ou le gibbon par exemple…
Notons qu’elle est aussi responsable de la pollution des nappes phrĂ©atiques, d’Ă©missions de CO2, de destruction de la biodiversitĂ©…j’en passe et des meilleures.
Et qu’au cas ou vous l’ignoreriez, pas de retour en arriĂšre possible. Le palmier Ă  huile appauvris les sols et plus rien n’y pousse.. Ă  part lui.
Donc NON on ne pourra plus rien planter à la place et OUI, tout ça est irréversible.

Maintenant, que mon mĂ©mo sur la viande vous soit passĂ© au dessus parce que vous pensez que c’est trop compliquĂ© d’essayer d’arrĂȘter d’en consommer, que “merde-c’est-trop-bon” et que “agir-seul-et-Ă -mon-niveau-ne-changera-rien-le-monde-est-foutu”, certes. Et encore. Merci du fond du coeur Ă  ceux qui essaient de prendre conscience et de changer.
Mais la on parle d’un produit qu’il est facile d’Ă©viter. Le Nutella . Par extension, l’huile de palme. Et tout ceux qui l’exploite. Dont Ferrero.

Ça fait 4 ans qu’on vit sans, on en est pas mort .
Vous pronez l’anticapitalisme, et pourtant vous Ă©tĂ©s la, comme des moutons (que j’aime et que je ne mange pas ndrl), Ă  manger ce qu’on vous donne, Ă  acheter ce qu’on vous vante Ă  la tĂ©lĂ©, Ă  ne pas rĂ©flĂ©chir Ă  ce que vous consommez. C’est une insulte Ă  l’intelligence.
Si vous aimez vous faire manipuler c’est votre choix, mais vous ne pourrez pas dire que vous n’Ă©tiez pas prĂ©venu.
#lignoranceestunetare

La vĂ©ritĂ© sur le Lait de Vache

* La vérité sur le lait de vache *

Les recommandations officielles du gouvernement qui nous dictent de consommer au moins 3 produits laitiers par jour sont Ă©tablies par un comitĂ© d’expert de santĂ©.

Ce comitĂ© est composĂ© d’une trentaine de personnes, au moins 19 sont directement affiliĂ©s Ă  l’industrie laitiĂšre (Danone, NestlĂ©, etc.). Il n’y a aucune transparence, les recommandations officielles sur les laitages n’ont donc aucun crĂ©dit.

Concernant nos ancĂȘtres….

L’espĂšce humaine Ă  survĂ©cu et Ă©voluĂ© pendant 7 millions d’annĂ©es sans AUCUN produits laitiers, avec le lait maternel uniquement. Il n’y avait aucune maladie osseuse connue aujourd’hui. Les produits laitiers sont apparus il n’y a que 10.000 ans dans notre histoire.

Le rĂ©sultat de ces millions d’annĂ©es d’évolution sans lait ? 75% de la population mondiale est intolĂ©rante aux produits laitiers Ă  l’ñge adulte. L’homme est la seule espĂšce sur Terre qui consomme le lait d’une autre espĂšce Ă  l’ñge adulte.

-Concernant le Calcium, indispensable dans le lait.

En 2002, l’Organisation Mondiale de la SantĂ© reconnait elle-mĂȘme un « paradoxe du calcium ». Les pays qui consomment le plus de produits laitiers au monde (les pays scandinaves) ont les os les plus lourds, sont les plus grands, et ont le plus de fractures du col du fĂ©mur.

A l’inverse, les populations d’Afrique et certaines d’Asies qui consomment le moins de produits laitiers affichent une santĂ© osseuse parfaite, avec des taux de fracture les plus bas qui soit. Ce n’est pas une coĂŻncidence.

– Concernant la vitamine D…

La vitamine D est essentielle dans la fixation du calcium par nos os. Les scandinaves ont certes moins de vitamine D que les autres populations de la planÚte des contrés plus ensoleillées.

Pourtant, les Australiens qui profitent d’un ensoleillement trĂšs fort toute l’annĂ©e ont les MEME taux de fracture que nos amis scandinaves. Le soleil n’explique rien, la consommation des laitages oui.

Concernant les risques osseux..

Il n’existe aujourd’hui aucune preuve que la consommation de produits laitiers protùge vos os au cours de votre vie des risques de fractures.

25 millions de nourrissons américains élevés strictement sans lait de vache (mais avec des substituts au soja) ont affiché une croissance NORMALE et aucun problÚme de malnutrition.

Cerise sur le gĂąteau, la consommation de produits laitiers et la frĂ©quence des fractures du col du fĂ©mur ont Ă©tĂ© relevĂ© chez plus de 150.000 femmes mĂ©nopausĂ©es. Celles qui ont consommĂ© le plus de produits laitiers dans leur vie (surtout pendant l’enfance et l’adolescence) n’ont pas moins de fracture que les femmes qui en ont consommĂ© le moins.

Composition sommaire du lait…

Les produits laitiers d’aujourd’hui sont trùs loin de ressembler (sauf la couleur !) à ceux que buvaient vos parents ou grand parents.

Aujourd’hui, le lait de vache contient une soupe d’hormones sexuelles (ƓstrogĂšne et progestĂ©rone) qui favorise les cancers de l’utĂ©rus et celui du sein.

Le lait de vache, c’est d’énorme quantitĂ© d’IGF-1. L’IGF-1 est un facteur de croissance qui va booster la prolifĂ©ration (ou la multiplication) de vos cellules. Vous allez grandir, sauf que
 L’IGF-1 dĂ©veloppe toutes les cellules de l’organisme, mĂȘme les prĂ©-cancĂ©reuses et les cancĂ©reuses.

Les protéines du lait de vache sont composées à plus de 80% de caséine. La caséine est publiquement reconnue comme facteur tumorale.

C’est l’une des rares protĂ©ines au monde qui, chez l’homme, favorise l’apparition des cancers (prostate, sein, utĂ©rus, etc.). Finalement, tous les pesticides et engrais chimique utilisĂ©s dans le fourragements des vaches se retrouvent dans le lait que vous buvez.

Sans compter Ă©galement, les antibiotiques, le pue etc…

Concernant le diabĂšte de type 1…

Le lait de vache contient de l’insuline bovine trĂšs similaire Ă  celle de l’homme. Mais suffisamment pour que notre systĂšme immunitaire ne la reconnaisse pas et l’attaque avec des anti-corps. Ces mĂȘme anti-corps ne feront ensuite pas la diffĂ©rence entre l’insuline bovine et la nĂŽtre.

Le rĂ©sultat ? Une maladie auto-immune, nos anticorps dĂ©truisent les cellules bĂȘta du pancrĂ©as, l’insuline n’existe plus. Vous ĂȘtes diabĂ©tique 1.

Il est maintenant prouvé que notre surconsommation de protéines animales et de sel acidifient notre organisme qui compense en récupérant des « tampons » un peu partout dans notre corps.

Lequel est le plus utilisĂ©s ? Des citrates de calcium, celui de notre squelette ! Oui, trop de sel, trop de viande, dĂ©grade votre squelette. Comble de l’ironie, les produits laitiers font dramatiquement chuter les concentrations de vitamine D, cette mĂȘme molĂ©cule qui nous aide Ă  fixer le calcium !

Conclusion:

A l’échelle de la planĂšte, cette surconsommation est dangereuse pour la santĂ©, l’environnement et bien entendu, les animaux eux mĂȘme…
Si vous ne le faites pas pour vous, faites le au moins pour vos enfants, eux n’ont pas le choix.

Faut pas croire. Quand on est pour la libération animale, ça fait mal.

On est conscient. On a choisi d’ouvrir notre coeur et de faire fonctionner notre cerveau dans l’optique d’aller plus loin, au delĂ  de tout ce qu’on a pu nous apprendre, au delĂ  des traditions, au delĂ  des prĂ©jugĂ©s.
On apprends Ă  rĂ©flĂ©chir par nous mĂȘme et ça fait mal.

Tous les jours, on est face Ă  la part la plus sombre de l’humanitĂ©. Sans relĂąche, on se bat. Que ça soit contre les autres ou contre nous mĂȘme.

Parce que c’est pas innĂ© de penser que les animaux sont des ĂȘtres sensibles et qu’ils ont les mĂȘmes droits que les autres. Parce qu’on ne se lĂšve pas un matin en se disant “putain mais c’est vrai! Je vais changer!” Et hop c’est pliĂ©, on en parle plus.

La prise de conscience est douloureuse. Faire travailler son cerveau Ă  l’inverse de ce qu’on a toujours appris est difficile. Vraiment. Supporter les horreurs au quotidien l’est encore plus, croyez moi. Et dans les pires moments, ça ressemble Ă  une lente agonie.
On ne peut pas agir directement. On est pas des super hĂ©ros. On ne peut pas libĂ©rer toutes ces pauvres bĂȘtes torturĂ©es et vouĂ©es a la mort. Et ça nous torture nous.

Mais c’est le prix a payer. Je prĂ©fĂšre ĂȘtre consciente qu’ignorante. L’ignorance est une tare. L’ignorance entraine la peur. Faire face est difficile mais nĂ©cessaire. Jamais je ne ferais marche arriĂšre. Et si j’avais pu avoir cette prise de conscience avant, je l’aurais fait.

Je ne pourrais jamais m’excuser pour tous les animaux que j’ai tuĂ©. Je ne pourrais jamais me pardonner d’avoir causĂ© tant de souffrance Ă  des ĂȘtres qui n’avaient demandĂ© qu’a vivre. Mais je peux tout arrĂȘter. A mon niveau du moins.

ArrĂȘtez de nous juger. ArrĂȘtez vos prĂ©jugĂ©s dĂ©biles. ArrĂȘtez de nous faire des blagues pourries (“oh allez, du poisson, c’est pas un animal et puis c’est con. Hahaha!”, “Oh regarde le saucisson, gruiii gruiiiii!”, “Et la carotte elle souffre pas?”, “Tu manges quoi du coup, des cailloux?” ).
Ayez un peu de respect. On est pas des machines. On souffre comme vous.

Sauf que nous c’est tous les jours.

Parce qu’on sait combien d’animaux sont tuĂ©s chaque minute.
Parce que vivre dans ce monde insensible et devoir défendre un choix qui est plus que normal est malheureusement un parcours du combattant.
Parce que aussi abberant que ça nous paraisse, cautionner le meurtre de millions d’animaux, vous parait normal.

Parce qu’on voit ce que vous ne voulez pas voir.

Chat

Les consĂ©quences de l’Ă©levage

J’ai remarquĂ© que certaines personnes qui consomment de la viande, n’aiment pas les vidĂ©os, photos ou longs discours sur le sujet.

Du coup j’ai essayĂ© d’Ă©crire un ptit mĂ©mo qui regrouperait certaines statistiques, pour que ça devienne plus “ludique”. Ou percutant. Au choix.
Parce que oui les photos sont flippantes, oui les vidĂ©os sont insoutenables, oui certains textes dĂ©crivant l’horreur des abattoirs sont atroces..
Mais au final, des chiffres, c’est vraiment percutant aussi. Alors pourquoi pas?

J’ai essayĂ© de diviser ses stats en diffĂ©rents axes. Qui au final, se rejoignent tous, car l’un impacte sur l’autre et on s’aperçoit vite que tout est liĂ©.
On commence… (liste non exhaustive)

* Pays riches / Pays pauvres
Disparité des ressources

– 50% des Terres agricoles du BrĂ©sil sont consacrĂ©es Ă  la culture du Soja (destinĂ©e pour 90% Ă  l’Ă©levage) alors que 16millions de BrĂ©siliens souffrent de famine.
– En France, 80% des cĂ©rĂ©ales produites le sont a destination des animaux d’Ă©levage.
– On pourrait nourrir 7 Ă  10 personnes de plus si on consommait directement les protĂ©ines vĂ©gĂ©tales plutĂŽt que de les donner aux animaux d’Ă©levage.
– 90% de la production mondiale de soja est destinĂ©e Ă  l’alimentation animale.
– 50% des antibiotiques utilisĂ©s chaque annĂ©e dans le monde le sont pour les animaux d’Ă©levages (80% dans le cas des USA), alors que 400 millions de personnes n’ont pas accĂšs au soins de santĂ©…

Je rappelle juste comme ça, que dans le monde, on estime a environ 850 millions le nombre de personnes mourant de faim.

* Conséquences environnementales
Destruction de la planĂšte, Gaspillage des ressources

– La France est le 1er pays d’Europe Ă©metteur d’ammoniac. Ces Ă©missions sont Ă  95% d’origines agricoles.
– 1kg de viande de veau Ă©quivaut Ă  220 km de trajet en voiture, contre…un crĂ©neau pour 1kg de cĂ©rĂ©ales.

– Une demi terrain de foot est rasĂ© chaque seconde pour planter les cĂ©rĂ©ales qui serviront Ă  la nourriture des animaux d’Ă©levage.

– 30% de la pĂȘche est utilisĂ©e pour nourrir les animaux d’Ă©levage ( poisson/ poulet/ porc).

– 1 journĂ©e sans viande Ă©quivaut Ă  5000l d’eau soit…100 douches.
– Il faut 15 000 litres d’eau pour produire 1 kg de viande de boeuf, contre seulement 2000 pour 1kg de riz.

Je rappelĂ© ici aussi, juste au cas oĂč, que 768 millions de personnes n’ont pas accĂšs a l’eau potable.

* Maltraitance animale
Exploitation des ĂȘtres sensibles

60 milliards d’animaux terrestres son tuĂ©s chaque annĂ©e dans le monde pour la seule consommation de l’homme.
(1000 milliards de poissons)
– Il tue 1900 animaux terrestres par seconde pour se nourrir ( 3000 poissons).
– Chaque jour, rien qu’en France, 3 millions d’animaux sont tuĂ©s.
– 154 millions de tonne de poissons sont pĂ©chĂ©s dans le monde chaque annĂ©e (soit 4.9 tonnes par secondes…).
– Pour 1kg de poisson d’Ă©levage, 5 kg de poissons sont dĂ©truits.
– 300 000 cĂ©tacĂ©s meurent chaque annĂ©e dans les filets de pĂȘches.
– En France, chaque annĂ©e, 47 millions de poussins mĂąles sont broyes ou gazĂ©s vivants.

Bien sur, je pourrais aussi vous parler des vaches, veaux, poules, cochons, agneaux etc… mais je pense que vous avez compris le principe.

* Impact sanitaire

– 55% des pesticides ingĂ©rĂ©s proviennent de la viande, contre seulement 10% pour les lĂ©gumes, fruits et cĂ©rĂ©ales.
– Il y a 10 Ă  14x plus de rĂ©sidus de pesticides dans la viande sue dans les vĂ©gĂ©taux.

Je prĂ©ciserais aussi que le risque de mortalitĂ© baisse de 12% chez les vĂ©gĂ©tariens ( 50% d’accidents cardio-vasculaire en moins et 40% de cancers en moins Ă©galement…).
Et qu’en temps que vĂ©gĂ©tlien, on sauve jusque 400 animaux par an… 

J’arrĂȘte lĂ . Je pense que vous avez bien compris que la consommation de viande mĂšnera ce monde Ă  sa perte (si vous n’avez pas compris, je ne peux plus rien faire pour vous arrivĂ© a ce point…).
Quelque soit l’aspect qui vous touche et pour lequel vous souhaiteriez agir (la planĂšte, la santĂ©, les animaux, les Hommes), la solution est la mĂȘme : arrĂȘter de consommer de la viande.

Mad Max 4: Fury road

Mad Max 4: Fury road

Ce qui va suivre est une critique personnelle. En me mettant de chaque cĂŽtĂ© de la barriĂšre et en essayant de rester la plus neutre et la plus juste possible, je vous dit ce que j’en ai pensĂ©.

Tout d’abord, je suis allĂ©e le voir avec en tĂȘte, les articles que j’avais lu et que m’avait partagĂ© une amie.
Je savais donc que ce film Ă©tait engagĂ© pour la cause animale, fĂ©ministe, avec une dimension environnementale mais aussi, qu’il Ă©tait responsable de la destruction d’une partie du dĂ©sert de Namib.

  Le film en lui mĂȘme est un parfait blockbuster. De l’action, des flammes, des vĂ©hicules bourrins, des super dĂ©cor, un bande son qui dĂ©monte ( a mort! 😀 )  des mĂ©chants, un (trĂšs) beau personnage principal, des crĂ©atures de rĂȘves Ă  moitie a poil tout le long du film etc…
Tout ce qu’il faut pour en faire un mega film d’action gĂ©ant que tout geek qui se respecte voudra avoir dans son ordi.
(On aura aussi dans le lot, le keke qui n’y verra que ce qu’il aime et qui sortira de lĂ  avec de nouvelles idĂ©es pour tunninguer sa caisse…)

  Les rĂ©flexions sur l’homme et la façon dont il interagit avec son environnement sont omniprĂ©sentes.
Personnellement, j’aurais pu rĂ©duire le film Ă  un seul mot: “L’Ego” (pas Lego hein, l’Ego 😀 ). MĂȘme dans le film, l’ego de l’homme est prĂ©sent tout le temps et il faudrait vraiment le faire exprĂšs pour pas que ça ne vous saute aux yeux (chez les mĂ©chants). Si je devais mettre une Ă©tiquette sur les hĂ©ros, ça serait “empathie”. Et ça aussi ça saute aux yeux. On a clairement le pire maux de l’homme d’un cĂŽtĂ©, et une des plus noble valeur qui soit, de l’autre.

  Le film est plein de rĂ©flexions percutantes et d’images qui le sont tout autant. Pour le cĂŽtĂ© fĂ©minisme, les femmes ne sont que des “pondeuses“; le cĂŽtĂ© environnemental, lorsqu’un gars ne connait pas le mot pour dĂ©finir un arbre..
Le cÎté abolitionniste de la souffrance animale aussi et surtout.

  On peut voir Max se faire maltraiter, tatouer, privĂ© de libertĂ© et muselĂ©, une salle remplie de mĂšres Ă  qui ont tire le lait, le pauvre peuple qui est affame et assoiffĂ© et qui se bat pour la moindre goutte d’eau..
On y voit l’asservissement de l’homme, de la mĂȘme façon qu’on asservis les plus faibles. Si tant est qu’ils soient d’une espĂšce diffĂ©rente.
On les voit rĂ©duits Ă  l’esclavage, leur existence piĂ©tinnĂ©e pour le confort d’autres.
On les voit séquestrés, bafoués, exploités tel des outils.

  J’ai trouvĂ© que dans le film, tout est trĂšs bien retranscrit. Il rĂ©ussi Ă  faire passer tous ces messages. La moindre scĂšne m’a prise aux tripes. Y’a des sous entendu partout et pour des gens comme certains d’entre nous, qui aimons rĂ©ellement les animaux et qui refusons de les manger, ça nous fait comme une belle baffe en plein dans le visage. Ça nous saute aux yeux, le message est omniprĂ©sent.

  Mais pour les autres? Pour les personnes qui ne sont pas sensibilisĂ©es ou si peu? Pour les personnes qui se croient au dessus de tout et qui sont juste venu voir des cascades et des flingues? Pour les personnes si nombreuses, qui ont de belles ƓillĂšres? Si bien encrĂ©es des fois qu’elles ont du survoler les scĂšnes clĂ©? Qu’elles ont du faire semblant de ne pas voir? La mauvaise foi est souvent bien plus prĂ©sente qu’on ne le pense et le voilĂ  le premier bĂ©mol de Mad Max.
Ceux qui ne veulent pas voir ne verront pas. C’est pas ce film qui fera rĂ©flĂ©chir. C’est bien trop subtil, les mots sont trop bien choisis (poules pondeuses, museliĂšre etc…), les comparaisons sont Ă©videntes et pourtant…ceux qui ne veulent pas voir ne verront rien.

  En mĂȘme temps, il fallait pas faire ça trop bourrin non plus. Quand on voit la difficultĂ© des gens Ă  regarder la vĂ©ritĂ© en face, il vaut mieux y mettre certaines formes. La rĂ©alitĂ© ça donne “Earthling“, et soyons objectifs, y’a certainement 4% de nos amis ou de notre famille qui l’ont visionnĂ©s. “J’aime trop les animaux, je suis trop sensible, je ne peux pas voir ça.” Dit-il/elle, en mangeant sa tranche de jambon Herta bio. L’hypocrisie dans toute sa splendeur.

  N’empĂȘche que voilĂ . Ça donne un film efficace et engagĂ©, plein d’humains dont certains dĂ©notent par leur empathie et leurs idĂ©aux. Ça parle aussi d’espoir et de rĂ©demption. Mais concernant la rĂ©demption, moi je ne me fais pas beaucoup d’espoirs…Pour cela, il faudrait regarder autre chose que son nombril, et peu de gens sont prĂšs Ă  y renoncer.

  Le deuxiĂšme bĂ©mol du film est les conditions de rĂ©alisation du tournage.
Le film a Ă©tĂ© accuse d’avoir dĂ©truit une partie du dĂ©sert de Namib en 2012.
Je vous laisse chercher les liens. Je l’ai lu dans “science et vie” et “maxi science”.
Alors on est en droit de se demander si le jeu en valait la chandelle.

  AprĂšs m’ĂȘtre posĂ©e la question toute la soirĂ©e, je pense que je ne sais pas. On ne peut pas comparer le contenu d’un film Ă  un Ă©cosystĂšme. Y’a pas photo. A cĂŽtĂ© de ça, ce film est bon. TrĂšs bon. Avec un message Ă©norme et omniprĂ©sent.
Je pense aussi que d’autres films d’actions ont fait beaucoup de dĂ©gĂąts, mais que le rĂ©alisateur n’Ă©tait pas attendu au tournant.. C’Ă©tait le cas ici. De l’hypocrisie, encore (on commence a s’y faire). Pas d’excuse donc, pour perpĂ©trer  ce dĂ©sastre Ă©cologique mais je ne peux pas dĂ©valoriser le film pour autant.

  Biensur y’aura toujours des gens de mauvaise foi et ce dernier bĂ©mol sera sans doute un grand argument pour faire passer ce film pour une vĂ©ritable daube.
La proportion de mauvaise foi sera mĂȘme telle, que ça en deviendra l’argument principal d’une discussion, et le message pourtant tellement beau de ce film, passera inaperçu. Deux choses incomparables comparĂ©es. Un peu comme quand vous demandez quel jour on est et qu’on vous rĂ©ponds “rouge”.
A cÎté de la plaque.

  C’est donc un avis en demi teinte.
Un bon film, une bonne ligne directrice, un message percutant (pour ceux qui auront envie de comprendre) mais trop réservé sur certains aspects et le point noir de la réalisation.
Je suis contente de l’avoir vu et je ne peux que me rĂ©jouir qu’un film grand public comme celui ci contienne un message plein de bon sens comme celui de la libĂ©ration animale. Mais je suis aussi déçue car je sais que beaucoup ne rĂ©agiront pas a un tel message.

Si vous avez lu jusqu’Ă  la fin, un Doliprane devrait suffire 😉

Xxx